Mathilde Thiollet, un, deux, trois métiers

Mathilde Thiollet1 C Mon Territoire

"Je cultive, je sèche, je mange », Mathilde et la passion des plantes comestibles.

Formatrice indépendante auprès d’agriculteurs pour la partie informatique gestion de parcelles, prestataire pour effectuer des prélèvements d’analyses de sol destinés à un laboratoire pour une coopérative agricole, productrice de safran, de plantes aromatiques et médicinales, Mathilde Thiollet exerce plusieurs métiers en plus d’être maman de deux enfants. « J’essaie de consacrer un tiers de mon temps à chacune de mes activités ».

L’or rouge, un rêve accompli

Femme et petite fille d’agriculteur, le travail de la terre s’inscrit dans son ADN. « Reconnue pour avoir la main verte et la passion du végétal depuis toute petite, des études agricoles se profilaient à moi (titulaire de deux BTS), mais le plus surprenant c’est cette envie depuis toujours de cultiver du safran ». Il y a 5 ans, Mathilde a décidé de se former pour se lancer. « J’ai eu la chance de rencontrer un producteur « d’or rouge » dans L’Eure et Loire qui a bien voulu partager sa passion. L’acquisition de mes premiers bulbes a suivi ; environ 700 ont été plantés sur 350 m2. Arrivés à épuisement cette année, certains pieds doivent être remplacés ; c’est l’occasion de ne pas le faire, mais plutôt de réduire la production. En effet, la vente du safran est un marché de niche. Vendue 33000 € le kilo, cette épice est la plus chère au monde. Méconnue, la plupart des français ne savent pas l’utiliser ; c’est pourquoi, commercialement ce n’est pas suffisamment rentable pour continuer ».

L’engouement pour les plantes aromatiques

En 2019, Mathilde décide de s’orienter vers la culture de plantes aromatiques et médicinales. Une formation de 6 mois, un stage en TPE artisanale sur Loudun et une autre expérience plus industrielle sur Thouars, la jeune femme sélectionne alors ses variétés. « Le bleuet représente ma plus grosse culture, avant une vingtaine d’aromatiques méditerranéennes et quelques espèces de fleurs comestibles. Des essais tous les ans, en 2021 c’est le maïs pop-corne. Très vite le besoin d’un espace de travail dédié est devenu indispensable. Fonctionnel et agréable avec sa touche déco, mon petit atelier créé à proximité de l’espace séchage est devenu mon exutoire ».

Mathilde Thiollet cultive, sèche et vend ses plantes aromatiques et médicinales.

Une organisation toute l’année

Toutes les plantes sont cueillies à maturité, séchées et proposées en tisanes et mélanges aromatiques. La récolte de l’ail des ours mi-avril annonce de début de la saison. Suivent les semis au champ et au jardin puis la récolte des fleurs et des plantes de juin à septembre. La cueillette du safran en octobre (un mois de ramassage – 5000 fleurs par jour – 130g à 150g secs au total) vient clore le travail en extérieur. Le triage et la mise en contenant de toutes ces plantes, une fois séchées, amorcent les ventes sur les marchés et dans les épiceries fines locales.

Citée dans un livre gastronomique

« Heureuse et surprise d’avoir été contactée par Victoire Loup ! La célèbre consultante culinaire en France et aux États-Unis, auteure de livres de cuisine et qui vient de sortir « Régalades », un ouvrage mettant en avant les 500 produits français d’exception, présente les pistils de mes bleuets. Certes, sans intérêt gustatif ; ce sont de vrais confettis sur les plats et ils font leur effet ! »

« Chaque étape de cette aventure est une histoire d’opportunités, de belles rencontres et de collaborations avec d’autres producteurs. J’ai fait grandir l’activité au rythme de croissance de mes plantes. Aujourd’hui, je réfléchis à l’avenir de cette passion que j’aimerais tant développer davantage, mais je dois trouver un équilibre entre toutes mes activités professionnelles ».

Infos sur Facebook @Safr’Arômes –

Partagez sur les réseaux sociaux

Mon magàmoi

mon-mag-a-moi-personnalisable

Laissez un commentaire





Laissez un commentaire





c-mon-territoire-footer

C Mon Territoire est un média indépendant d'informations de proximité en Nord Deux-Sèvres. Son magazine trimestriel est accessible gratuitement dans de nombreux commerces du territoire et en lecture libre en cliquant sur le lien ci-dessous