Marie Gazeau, itinéraire d’une femme engagée

Marie Gazeau C Mon Territoire

Arboricultrice Bio sur la commune Le Pin, Marie Gazeau livre son quotidien, ses déboires et ses émerveillements dans un essai publié cette année.

Des études agricoles

Ingénieure en agriculture spécialisée et journaliste scientifique agricole, Marie Gazeau a grandi en Loire-Atlantique. Des études à Angers puis à Lille l’ont finalement conduite en Deux-Sèvres par le biais d’un stage au SIVAM en 2003. « Embauchée 3 ans plus tard comme animatrice technicienne de groupes de réflexion entre éleveurs, j’ai petit à petit accompagné des maraîchers, des agriculteurs sur des projets d’installation non traditionnelle et finit coordinatrice de la structure. On ne sait pas pourquoi on arrive en Deux-Sèvres, mais on sait pourquoi on y reste. A la naissance de mon fils en 2010, j’ai préféré quitter cet emploi trop énergivore pour retourner vers le journalisme et parler de l’agriculture au grand public. Très vite le lycée des Sicaudières m’a offert l’opportunité d’y enseigner ».

Le choix de l’arboriculture

« La rencontre ensuite avec Bruno, mon compagnon, a donné un nouveau virage à ma vie. Propriétaire de 50 hectares de terre d’élevage, il m’a laissé exploiter une parcelle de 2 hectares de luzerne pour créer mon activité d’arboricultrice. Une réflexion longuement menée qui correspond parfaitement à mon tempérament, c’est-à-dire effectuer un travail différent chaque jour. L’arboriculture est aussi un choix pour combler l’absence sur le territoire de productions Bio de fruits tels que les pêches, prunes, coings, cassis, framboises, groseilles… »

La première récolte

« En 2013, environ 500 arbres ont été plantés ; ce sont des variétés anciennes greffées, achetées chez un pépiniériste. L’objectif est de traiter au minimum pour retrouver le vrai bon goût du fruit. Cet investissement de départ de 5000 € a aujourd’hui triplé avec l’achat de matériels et surtout l’installation d’un laboratoire pour l’élaboration de confitures, compotes, coulis…7 ans après, enfin la première récolte ! Au début, j’ai transformé les fruits « cabossés » dans des gâteaux, en sorbets, sirops. Cette année ce sera compotes et coulis pour éviter les pertes et le gaspillage, mais l’objectif principal reste la vente directe ».

Les aléas…

Confrontée aux ravageurs, j’ai installé un écosystème. Néanmoins, le changement climatique et ses catastrophes naturelles (gel, sécheresse…) viennent tout remettre en question. Rechercher des méthodes pour éviter de faire toujours la même chose est aussi important pour trouver des solutions permettant de pallier à ces problématiques, d’expérimenter pour trouver la meilleure manière de produire, d’être autonome et économe. Les moutons mangent l’herbe et écrasent les galeries des mulots, les cochons nains grattent l’herbe et les poules mangent les verres Carpocaps (le Verre de la pomme). C’est l’agriculture de demain avec des fermes diversifiées ! »

Le partage d’expériences

« L’écriture de ce livre me permet de partager mes expériences au fil des saisons, à travers des photos, des encadrés plus techniques avec une certaine analyse, le témoignage de Bruno sur l’élevage et un peu de sociologie sur le monde agricole sous un fond politique. Le but est de sensibiliser le grand public, expliquer pour prendre conscience de la situation, en douceur, mais avec du concret qui touche l’alimentation, la santé et l’environnement. Prise au jeu de l’écriture, le succès de mon récit de vie est une satisfaction personnelle qui m’encourage à poursuivre sur ce chemin. En parallèle, mon but est d’optimiser le fonctionnement de ma petite entreprise et pouvoir, par la suite, créer un emploi pour m’aider dans la partie transformation ».

Marie Gazeau vient de publier son premier essai « Une vie près de la terre ».

Infos sur cagette.net

Partagez sur les réseaux sociaux

Mon magàmoi

mon-mag-a-moi-personnalisable

Laissez un commentaire





Laissez un commentaire





c-mon-territoire-footer

C Mon Territoire est un média indépendant d'informations de proximité en Nord Deux-Sèvres. Son magazine trimestriel est accessible gratuitement dans de nombreux commerces du territoire et en lecture libre en cliquant sur le lien ci-dessous