L'ancienne forge à Nueil-les-Aubiers renaît de ses cendres

Mars Pallas (le barbu) et Pierre Giraud, couteliers d'art à Nueil-les-Aubiers

Deux artisans couteliers participent à la réhabilitation de l’ancienne forge du village.

Mi-atelier, mi-musée

Le projet ambitieux de réhabiliter cette ancienne forge de maréchal-ferrand en atelier de coutellerie arrive bientôt à terme. Ces travaux permettront dans un premier temps l’ouverture au public, mais les deux artisans qui occupent déjà le bâtiment savent que de nombreuses heures de nettoyage, dépoussiérage et réaménagement vont être encore nécessaires pour une totale transformation. Rachetée par la municipalité dans les années , la forge, restée dans son jus, a conservé une partie des outils et du matériel de l’époque. Véritable patrimoine historique et culturel, Pierre Giraud, coutelier, y a tout de suite vu un fort potentiel, en décembre 2016, pour y créer son atelier.

Un atelier collectif

Diplômé d’une maîtrise en psychologie sociale, Pierre Giraud s’est finalement reconverti dans l’artisanat. « Le marché de l’emploi en coutellerie étant inexistant », son CAP de coutelier en poche, il s’est tout de suite lancé dans l’entrepreunariat. Rejoint un an après par Marc Pallas, camarade de classe en CAP coutellerie d’art et lui aussi en reconversion (diplômé d’une licence art et patrimoine), ces deux auto-entrepreneurs ont choisi de partager leur atelier afin de mutualiser matériels et compétences et ainsi favoriser le développement leur propre activité. « Des subventions nous ont permis d’étoffer notre matériel avec l’achat de ponceuse à bande, four de trempe professionnel, marteau-pilon, fraiseuse, des investissements nécessaires pour améliorer notre productivité ».

Des couteaux made in Nueil-les-Aubiers

Tous les deux designers, chacun a sa marque de fabrique. Pierre, Coutellerie « Aux Braises » a dessiné un couteau pliant « le Plume » aux finitions en coco Bolo (bois exotique). Marc, Coutellerie « Pallas » a aussi conçu un couteau pliant « L'Athene Noctua », mais en laiton estampillé d’une chouette « Chevêche d’Athéna ». « Nous créons et commercialisons différentes gammes de couteaux et nous répondons à la demande particulière du client ». Acier, bois, corne, os, matériau composite... le sur-mesure peut être simple, original, personnalisable, mais surtout durable dans le temps. Nos pièces sont garanties tant qu’on est vivant ».

L’art de la récup’

« Lames en acier de ressort de camions, boudins d’amortisseurs de voiture, caches de rouleau... l’acier est intéressant à forger. Nous récupérons aussi des chutes de bois locaux (hêtre, noyer, frêne, chêne, menuisier, poirier, houx, if, buis et parfois du févier) en provenance de découpes de la forêt du Plessis. Le bois est ensuite poli et parfois nourri à l’huile de lin, mais jamais verni. Utiliser des matières naturelles et nobles demeure notre philosophie ».

Non issus d’une famille d’artisans, ces compères de travail partagent la même volonté, celle de valoriser le savoir-faire de coutelier et le perdurer malgré l’offensive de l’industrie. « Nous sommes en mesure de faire des pièces que l’industrie ne peut pas faire. Nous mettons un point d’honneur à réparer, entretenir et affûter afin de préserver l’objet, parfois si précieux aux yeux de son propriétaire ».

Renseignements sur Coutellerie Pierre et Coutellerie Pallas

Retour

Ajouter un commentaire

Veuillez additionner 4 et 9.